La France n’a encore jamais perdu contre aucun de ses cinq rivaux. P. Faith/AFP
La France n’a encore jamais perdu contre aucun de ses cinq rivaux. P. Faith/AFP

Football. Les Bleus héritent d’un groupe facile

Lundi, 3 Décembre, 2018

Le tirage au sort des éliminatoires de l’Euro 2020, hier à Dublin, a désigné l’Islande, la Turquie, l’Albanie, la Moldavie et Andorre comme adversaires des Français.

Didier Deschamps peut continuer à dormir tranquille. Comme à chaque compétition depuis qu’il est sélectionneur, le tirage au sort des éliminatoires de l’Euro 2020, effectué hier à Dublin, en Irlande, a été clément pour l’équipe de France. La France jouera dans le groupe H contre l’Islande, la Turquie, l’Albanie, la Moldavie et Andorre. C’est simple, l’équipe de France n’a jamais perdu contre aucun de ses cinq rivaux en compétition.

Placée dans le chapeau 2, en raison de son classement UEFA, la France était sereine avant de connaître ses adversaires. Elle savait qu’elle ne croiserait pas le chemin de la Belgique, de l’Espagne, de l’Italie, de l’Angleterre ou encore de la Croatie. Sa seule crainte était de tomber sur l’Allemagne, principal épouvantail du deuxième chapeau. Au pire, si le sort n’était pas clément, les Bleus auraient pu rencontrer des équipes délicates à manœuvrer comme la Russie, la Bosnie-Herzégovine du Turinois Miralem Pjanic ou la Serbie.

Un déplacement piège en Turquie pour les Bleus

« Ça aurait pu être pire, ça aurait pu être mieux, peu importe, explique Didier Deschamps. On croise souvent l’Islande et l’Albanie dans les phases de qualification. » Le principal danger pour les Bleus est constitué par l’Islande. Auteur d’un bel Euro 2016, les Islandais s’étaient inclinés 5-2 en quart de finale face à la France. Mais en octobre dernier, en match amical à Guingamp, les champions du monde ont évité de peu la défaite contre les Islandais (2-2). Au premier tour de l’Euro 2016, l’Albanie leur avait aussi tenu tête pendant une heure et demie avant que Griezmann (90e), puis Payet (96e) ne fassent la différence.

Le déplacement en Turquie peut aussi être piégeur pour les Bleus. « Ce n’est jamais évident de jouer là-bas, il y a toujours une ambiance très chaude. Rencontrer la France, avec ce titre de champion du monde évidemment c’est un honneur pour eux, souligne le sélectionneur. Ça va être une belle bataille. » Reste que l’on voit mal comment les Bleus pourraient manquer leur qualification pour l’Euro 2020, lors de ces éliminatoires disputées entre mars et novembre 2019.

Pour disputer ce championnat d’Europe des Nations inédit, organisé dans douze pays (Allemagne, Angleterre, Azerbaïdjan, Danemark, Écosse, Espagne, Hongrie, Irlande, Italie, Pays-Bas, Roumanie et Russie), les hommes de Deschamps devront terminer premiers ou deuxièmes de leur groupe. Ensuite, ils pourront rêver de réaliser le doublé de leurs aînés (Mondial 1998 et Euro 2000). À cette époque, un certain Didier Deschamps était le capitaine des Bleus. Il a déjà réalisé la première partie du projet… N. G.

 
×