Au programme de cette deuxième phase de groupes, trois matchs contre le Danemark, jeudi, puis la Suède, samedi, et la Serbie, mercredi prochain. Photo : AFP
Au programme de cette deuxième phase de groupes, trois matchs contre le Danemark, jeudi, puis la Suède, samedi, et la Serbie, mercredi prochain. Photo : AFP

Handball. Les Bleues poursuivent leur chemin vers le dernier carré

Mercredi, 5 Décembre, 2018

Qualifiées pour le tour principal de l’Euro, les handballeuses françaises affrontent le Danemark, premier de leurs trois prochains adversaires, jeudi à Nantes. Trois victoires assureraient à l’équipe de France son billet pour les demi-finales.

 

Le deuxième étage de la fusée bleue est enclenché. Victorieuse du Monténégro (25-20), mardi soir à Nancy, l’équipe de France termine le premier tour de l’Euro 2018 sur un deuxième succès qui la propulse vers le tour principal organisé à Nantes. Au programme de cette deuxième phase de groupes, trois matchs dans le Hall XXL (8500 places) contre le Danemark, jeudi, puis la Suède, samedi, et la Serbie, mercredi prochain. Autant de victoires, avec le soutien du public, qualifieraient les Bleues pour le dernier carré à Paris (Bercy) du 14 au 16 décembre.

Le bataille remportée face au Monténégro a fait beaucoup de bien au mental. Après l’échec inaugural contre la Russie, les championnes du monde ont confirmé qu’elles avaient bien retrouvé leur jeu avec ce deuxième résultat positif qui suit celui contre la Slovénie (30-21). « On est sereines. Ce n’est pas de la prétention, c’est qu’on est sûre de nos forces. On a notre destin en main. Maintenant, il n’y a plus qu’à... », souligne l’arrière Alexandra Lacrabère.

Avec une gardienne (Amandine Leynaud) en plein confiance, auteur d’une série d'arrêts, et une défense solide, sa marque de fabrique, l’équipe de France a montré qu’elle avait de bonnes bases pour regarder plus loin dans le tournoi. Comme pour la Slovénie, les contre-attaques ont été très efficaces face au Monténégro en première mi-temps et ont permis de creuser l’écart. Mais en attaques placées et dans la finition, les Bleues montrent toujours de la fébrilité par moments. Durant 12 minutes, les joueuses d’Olivier Krumbholz n’ont pas inscrit le moindre but, laissant leurs adversaires revenir à trois longueurs à l’approche des dix dernières minutes. « On a fait deux premières périodes fantastiques contre les Slovènes et les Monténégrines, mais nettement moins bien pour les 2e mi-temps, reconnaît le sélectionneur. Il faut continuer à analyser, et avoir des repères précis pour savoir ce qui déclenche ou pas cette crispation. »

« Ca va donner un bon match »

Des baisses de régimes qui pourraient coûter cher aux Françaises. Surtout face au Danemark, le premier adversaire du tour principal, qui devrait être aussi le plus aguerri. Sur le papier, les Bleues ont un niveau de jeu supérieur. Habituées à les rencontrer, elles les ont dominées à l’Euro 2016 pour la médaille de bronze ou encore il y a deux semaines en match de préparation. « Les deux équipes connaissent le jeu de l’autre, personne ne s’est caché sur les matchs amicaux, explique Amandine Leynaud. C’est une très bonne équipe, avec des filles très grandes, de très bonnes joueuses. Ca va donner un bon match. »

La fraîcheur physique sera un élément déterminant. Les Bleues ont le désavantage de voyager aujourd’hui (mercredi) de Nancy (Meurthe-et-Moselle) vers Nantes (Loire-Atlantique). Heureusement, tout a été pensé et le voyage s’effectue dans les meilleures conditions pour une récupération optimale avec un vol direct. « L’enchainement est très compliqué, avec le voyage et le match le lendemain, déplore Olivier Krumbholz. Il va falloir mobiliser toutes les forces et avoir toute la rage nécessaire pour gagner. Ce serait dommage de se mettre en difficulté parce qu’on est un peu fatigué. Ca se jouera beaucoup dans les têtes. »

Tour principal de l’Euro : comment ça marche ?

Après avoir rencontré le Danemark, leur premier adversaire du groupe 1 dans le tour principal, les Bleues affronteront la Suède, samedi, quatrième du Mondial 2017, avant de rencontrer mercredi la Serbie. Si elles ne sont jamais montées sur le podium de l’Euro, les Serbes ont tout de même surpris la Suède (30-25). Une très bonne chose pour les Françaises qui, grâce à cette défaite, partent dans ce groupe 1 sur la même ligne que le Danemark, la Suède et la Serbie avec deux points, derrière la Russie (4 points) et devant le Monténégro (0 point). Tout le monde a donc encore sa chance de terminer dans les deux premiers. Dans le règlement alambiqué mis en place par la Fédération européenne de handball (EHF), les équipes conservent leurs points acquis au premier tour contre les équipes qui se sont qualifiées pour le tour principal. Ce qui explique que le succès des Bleus contre la Slovénie, dernière de la poule B, n’est pas comptabilisé contrairement à celui face au Monténégro. Seuls les deux premiers du groupe 1 seront qualifiés pour les demi-finales organisées à Paris et ils rencontreront les deux autres premiers du groupe 2 dont les matchs se jouent à Nancy.

 

 
×