«	Nos points forts sont nos gardiennes de but, notre défense et notre capacité à ne rien lâcher	», déclare la capitaine Siraba Dembélé (au centre). J.-B. Autissier/Panoramic
« Nos points forts sont nos gardiennes de but, notre défense et notre capacité à ne rien lâcher », déclare la capitaine Siraba Dembélé (au centre). J.-B. Autissier/Panoramic

Siraba Dembélé « Nous avons envie d’être championnes d’Europe »

Mercredi, 28 Novembre, 2018

Handball. Capitaine de l’équipe de France, qui entame son Euro face aux championnes olympiques russes jeudi à Nancy, l’ailière Siraba Dembélé explique son rôle au sein du groupe et fait le point sur les adversaires des Bleues.

Porteuse du brassard de capitaine depuis 2013 (263 sélections, 805 buts), l’ailière gauche de Toulon Saint-Cyr (32 ans) dispute son cinquième Euro. Deux fois médaillée de bronze dans cette compétition, elle souhaite mener les Bleues au titre cette fois.

Jouer devant le public français et avec une obligation de résultat, est-ce une pression difficile à gérer ?

Siraba Dembélé Jouer à la maison est très agréable, le public va être en bleu, les encouragements nous seront destinés… C’est ce qui peut arriver de mieux à des sportifs ! En tant que championnes du monde, c’est vrai que nous faisons partie des favorites. Mais ça tombe bien, car on a envie d’être championnes d’Europe. C’est donc une petite pression supplémentaire. On l’a intégrée et on avance en essayant de ne pas se focaliser dessus. On est surtout très impatientes de commencer.

Le match d’ouverture face à la Russie, championne olympique en titre, n’est pas la façon la plus facile pour entamer le tournoi…

Siraba Dembélé C’est le match le plus dur de la poule B et je pense que ce sera une de nos rencontres les plus difficiles de l’Euro. C’est le remake de la finale des JO de Rio 2016, sauf que le contexte est différent. L’avantage, en débutant face à la Russie, c’est qu’on va se jeter dans le bain directement. C’est mieux de les jouer quand nous sommes encore fraîches plutôt que de les rencontrer plus tard dans la poule, car c’est une équipe très difficile à jouer. Au niveau des individualités, la Russie est la meilleure équipe du tournoi. Elle est toujours présente sur les grandes compétitions, ce sera compliqué.

Il y aura ensuite deux matchs face à la Slovénie puis le Monténégro…

Siraba Dembélé Les matchs face au Monténégro sont toujours particuliers. Il y a peu de buts, ce ne sont pas de très belles rencontres et ça se bagarre beaucoup… On a encore en travers de la gorge notre élimination par le Monténégro en quart de finale des JO de Londres 2012. (Rires.) Depuis, c’est tendu. Quant à la Slovénie, il s’agit de la dernière équipe contre laquelle on a perdu au Mondial l’an dernier, elles nous ont posé beaucoup de problèmes tactiques. Elles sont sur une bonne dynamique, ce sera donc une rencontre difficile.

Avec cet Euro à domicile, avez-vous, en tant que capitaine, un rôle particulier à jouer ?

Siraba Dembélé L’important, c’est que le groupe soit sain, qu’il y ait beaucoup de sérénité et que, face à l’adversité, on reste toujours soudées. Dans cet Euro, on va connaître des hauts et des bas. Mais si on a une vraie cohésion et qu’on aborde les événements avec calme et détermination, on sera performantes.

Prenez-vous souvent la parole face au groupe ?

Siraba Dembélé Oui, je parle pendant les entraînements mais je fais surtout un petit discours avant chaque rencontre. Juste avant d’entrer sur le terrain, on se réunit toutes, sans aucune personne du staff, et c’est à ce moment-là que je parle. J’évite de choisir les mots avant, mais je me donne un axe et je parle en fonction du contexte et de mon ressenti. Sur le terrain, c’est plus compliqué de faire des discours. J’essaie d’abord de me concentrer sur mon jeu. Si Olivier (Krumb-holz, le sélectionneur – NDLR) m’a désignée capitaine, c’est pour ce que je suis. Sur le terrain, je me bats tout le temps, quelle que soit la difficulté. Je m’investis à fond, j’encourage, je relève les joueuses au sol…

Dans les moments de tension, quand le ballon brûle les mains en fin de match, comment la capitaine peut-elle montrer la voie ?

Siraba Dembélé Il faut rassurer avec des mots. Parfois, on n’a même pas besoin de se parler, un regard en dit long. L’attitude, l’engagement sont souvent plus forts, pour montrer l’exemple, que de longues phrases.

Quels sont les points forts et faibles de cette équipe de France ?

Siraba Dembélé Nos points forts sont nos gardiennes de but, notre défense et notre capacité à ne rien lâcher, même lorsqu’on est menées au score. Nos points faibles, c’est notre attaque, qui n’est pas à la hauteur de notre défense. Mais on y travaille…

Entretien réalisé par Nicolas Guillermin
 
×