Moustiques tigres, pourquoi sont-ils de plus en plus nombreux, partout

Dimanche, 9 Décembre, 2018

Les moustiques tigres sont de plus en plus nombreux et de plus en plus partout surtout en milieu urbain. Qu'est-il fait et que faire contre sa prolifération ?

 

 

51 !

C'est le nombre de départements où les moustiques constituent une menace pour la santé de la population... cet hiver! - arrêté du 26 novembre 2018 modifiant l'arrêté du 26 août 2008 fixant la liste des départements où les moustiques constituent une menace pour la santé de la population.

Pas de panique ! Des mesures de prévention ont été prises par les autorités pour éviter Chikungunya, Dengue et Zika suivies de recommandations que nous listons en encadré.

Le ministère de la santé vient d'ailleurs de publier en annexe de la carte de France ci-dessus les moyens de lutte contre le moustique tigre et des informations utiles pour le grand public. A cet effet, comme, tous les moustiques tigres ne peuvent être surveillés (!), toute personne remarquant la présence de moustique tigre doit le signaler sur http://www.signalement-moustique.fr/ ou au moyen de l'application pour téléphone mobile iMoustique

Ce site officiel dresse le portrait-robot de l'insecte et donne toutes les informations au public.

Comment s'explique cette prolifération ?

La rapidité du déplacement du moustique tigre (du moustique commun aussi) s’explique par le fait qu’il se déplace au moyen de transports routiers et ferroviaires ou dans les bagages et les vêtements des humains par exemple à leur retour de vacances, dans les transports de marchandises ou encore dans le commerce de gros des végétaux (chez les pépinéristes etc.).

On le trouve surtout en milieu urbain puisqu'il se complait là où sont présents les humains avec qui il se sédentarise. En hiver ou par temps froid, ce moustique noir à rayure blanche (d'où son nom) a tendance à squatter nos logements et jardins.

Les préfets et directeurs des ARS (agences régionales de santé) de ces départements et des régions concernés ont reçu une instruction du 16 avril 2018 afin qu'ils prennent des mesures pour prévenir les risques de dengue, de virus Zika et chikungunya ainsi que de dissémination d’arboviroses pendant la période des moustiques (1er mai au 30 novembre).

 

Quelles sont les mesures préventives ?

Dans les départements concernés (en rouge et orange sur la carte), les préfets sont chargés de délimiter des zones dans lesquelles les agents des services sanitaires sont autorisés à procéder d’office aux prospections, traitements, travaux et contrôles nécessaires pour éradiquer les moustiques et leurs habitats. Des arrêtés ont été pris à cet effet ou vont l'être.

Les propriétaires, locataires, occupants des propriétés privées, les maires pour les propriétés publiques sont avertis au préalable du passage des agents. Ceux-ci peuvent être amenés à y installer des dispositifs de lutte contre les moustiques et venir les contrôler.

La période de surveillance s'étale de mai à novembre inclus et seuls les agents sanitaires sont autorisés à user des produits de traitement anti-moustiques.

 

Que doivent faire les populations ?

De leur côté, les propriétaires, locataires, exploitants agricoles, occupants de terrains et/ou de retenues et étendues d’eau (mares, bassins, étangs, pièces d’eau, piscines, tous points ou récipients d’eau stagnantes etc.), auges et récipients divers pour animaux, doivent obligatoirement faire une déclaration auprès des ARS ou des préfectures.

Ils doivent se conformer aux prescriptions des agents sanitaires mais aussi des arrêtés préfectoraux et du règlement sanitaire départemental.

Tout particulièrement, les propriétaires, locataires, exploitants ou occupants de cultures irriguées ou arrosées et de prairies inondées doivent remettre ou maintenir en état de fonctionnement et de salubrité : réservoirs, canaux, vannes, fossés, digues et diguettes ainsi que tout système d’adduction ou d’évacuation des eaux.

A défaut, ils risquent une mise en demeure du préfet et l’exécution des travaux d’office à leurs frais par l’organisme sanitaire habilité.

Cela concerne aussi les mares et marais.

Attention les bracelets ou appareils envoyant des impulsions électriques ne sont que des gadgets. Comme répulsif le mieux est une lotion corporelle à base de DEET et d'équiper vos fenêtres de moustiquaires.

 

Liens utiles

- tout sur le moustique tigre sur http://www.signalement-moustique.fr/sinformer

- portail du ministère de la solidarité et de santé dédié au moustique http://solidarites-sante.gouv.fr/spip.php?page=recherche&recherche=moustique

vigilance-moustiques.com/carte-du-moustique-tigre-2018/

- la grande question Comment la métropole se prépare à l'épidémie de Zika ?

Daniel Roucous

 

Les recommandations

- vider, au moins une fois par semaine, les soucoupes de pots de fleurs ou de plantes extérieures, des vases et tous récipients contenant de l’eau (seaux, arrosoirs, auges etc.)… mieux remplacer l’eau par du sable humide,

- recouvrir les fûts, les citernes et les piscines en penssant à évacuer l’eau des bâches ou traiter l’eau (javel, galet de chlore etc.),

- vérifier le bon écoulement des gouttières afin que l’eau n’y stagne pas,

- supprimer les détritus (pneus, boîtes de conserves, sacs plastiques etc.) susceptibles de retenir l’eau,

- éliminer les eaux stagnantes,

- faire traiter les piscines (eau de javel ou galet de chlore) mares et pièces d’eau proches des habitations,

- débroussailler les herbes hautes et les haies et ramasser les fruits tombés.

Références :

loi n° 64-1246 du 16 décembre 1964 relative à la lutte contre les moustiques

- article 121 du règlement sanitaore départemental

 

 
×